Retour à la Chapelle, ce midi, où j’ai donné rendez-vous à Ayrton Desimpelaere pour déjeuner et lui faire une visite des lieux.
Ayrton, 25 ans, est ce jeune chef d’orchestre et pianiste qui a dirigé l’orchestre des Solisti de Moscou lors des demi-finales « piano » du Concours Tchaikovski ! Nous nous sommes liés d’amitié, et je voulais lui faire découvrir l’esprit si particulier qui règne à la Chapelle.
Nous avons été immédiatement plongés dedans, car l’heure du déjeuner des visiteurs correspond aussi à celle des solistes. Ce furent tout de suite les retrouvailles avec chacun de ceux qui arpentaient les couloirs, salles de répétition ou salle à manger : joie de se revoir avant un départ en vacances ou entre deux festivals, nouvelles glanées de-ci de-là sur les projets en cours.
Ce midi, une rencontre un peu plus longue entre Nathanaël Gouin, qui termine sa contribution à l’enregistrement de Lalo avec l’OPL, avant de partir pour le Festival Eva Ganizate dont il est une des chevilles ouvrières. Tous deux, Ayrton et Nathanaël, sont ravis de se rencontrer et d’échanger sur leurs activités respectives. C’est cela « l’Esprit Chapelle » : l’échange, la transmission, le partage d’expérience.
Après le déjeuner, délicieux comme se l’impose le Chef Nicolas de Baut, nous croisons Sophie Gosselin, la Secrétaire Générale, à qui je confie mon bonheur d’être toujours si gentiment accueilli et d’avoir si souvent envie d’y venir, comme l’on se rend chez des amis intimes où l’on se sent chez soi. Elle acquiesce et nous fait part de son projet de Livre d’Or, afin de faire partager ce sentiment aux autres mécènes, suggérant que ce que nous y écrirons donnera envie à d’autres de vivre la même expérience. J’écrirai donc ce soir, pour inaugurer !
En visitant la salle de concert, sous la conduite éclairée de Christine Reyntjens de l’équipe du mécénat, nous tombons sur Elina Buksha et Ori Epstein qui travaillent un trio. Puis nous rencontrerons Bernard de Launoit, à qui je présenterai Ayrton : intérêt immédiat sur le parcours d’Ayrton, questions sur ses projets, promesse de se revoir, …
D’autres rencontres se succèdent ainsi jusqu’à ce que le travail nous rappelle à la réalité de nos engagements professionnels.
Ce fut un vrai moment de bonheur ! Oui, la Chapelle, ce n’est ni une école ni une institution, c’est une aventure humaine ! A partager !